La vie audacieuse de Jane Dieulafoy, archéologue, artiste et féministe pionnière

Jane Dieulafoy était une archéologue, une aventurière et une écrivaine de la France de la fin du XIXe siècle qui a reçu deux récompenses remarquables du gouvernement français au cours de sa vie : la Légion d’honneur, la plus haute distinction civile française, et l’autorisation légale unique de porter des vêtements masculins en public.

Dieulafoy a grandi dans une famille traditionnelle dont elle a hérité les valeurs sociales et religieuses. Elle est née Jane Magre en 1851 dans la ville de Toulouse, dans le sud de la France. Elle était une catholique fervente opposée au divorce, ainsi qu’une patriote qui allait à l’encontre des règles pour sauver sa nation. Ses opinions conservatrices expliquent pourquoi elle n’a « jamais été dénigrée comme une hystérique ou une perverse, étiquettes plus probables pour les femmes en pantalon du XIXe siècle », selon Rachel Mesch, auteur de Before Trans : Three Gender Stories From 19th-Century France, une étude biographique sur Dieulafoy.

Son mariage de 46 ans avec le célèbre ingénieur civil Marcel-Auguste Dieulafoy et les étonnantes découvertes archéologiques qu’ils ont toutes deux produites dans l’ancienne capitale de Suse, dans l’ouest de l’Iran, ont également contribué à l’approbation de ses préférences. Leurs efforts ont permis de réunir des antiquités uniques pour la nouvelle aile du musée du Louvre consacrée à l’Iran, qui a ouvert ses portes en 1888. Dieulafoy est dès lors surnommé par la presse « l’intrépide aventurier qui porte des vêtements d’homme ».

Jane Jane a rencontré Marcel dans leur ville natale de Toulouse en 1869, peu de temps après avoir terminé ses études dans un couvent de la région parisienne, qui comprenaient l’histoire, les langues anciennes et modernes, l’art et la peinture. Ils se sont mariés en mai 1870, après que Marcel soit revenu d’Algérie pour superviser des travaux d’infrastructure.

Jane avait trouvé en Marcel le partenaire idéal, quelqu’un qui partageait son enthousiasme pour l’architecture et les voyages tout en l’acceptant comme telle. La guerre franco-prussienne éclate deux mois plus tard, et Marcel se porte volontaire comme capitaine du génie. Jane souhaitait le rejoindre, mais pas en tant que cantinière, une femme qui servait à boire et à manger aux soldats. Elle voulait se battre, alors elle a utilisé une faille pour devenir tireur d’élite, ce qui exemptait les tireurs d’élite des restrictions de l’armée. Elle se rase la tête, enfile un costume de tireur d’élite et part au combat.

Jane revient à Toulouse après la guerre en mai 1871, portant des jupes et laissant pousser ses cheveux courts. Marcel reprend son travail d’ingénieur civil. En quelques années, Marcel est nommé responsable des monuments anciens de la ville par le célèbre architecte français Viollet-le-Duc. Les Dieulafoy partageaient un intérêt pour l’art et la culture islamiques, et entre 1873 et 1878, ils ont voyagé en Égypte et au Maroc lors de multiples excursions architecturales.

Marcel a été incité par Viollet-le-Duc à étudier les liens entre l’architecture gothique européenne et l’architecture islamique ou moyen-orientale. Jane s’est plongée dans l’étude de l’histoire de la Perse et du farsi, a acheté un appareil photo et suivi une école de photographie pour préparer le voyage de 1879, lorsque Marcel a obtenu un congé de son emploi pour se rendre en Perse. (La Perse était la première superpuissance du monde, issue de l’Iran antique).

L’attraction de la Perse

Jane et Marcel ont entamé leur premier voyage de 5 000 km en Perse en février 1881, dans le but d’atteindre Suse. Jane, âgée de 30 ans, se déguise une fois de plus en homme pour des raisons de commodité, ce qui lui permet de voyager en Perse sans avoir à suivre les coutumes féminines locales. Elle n’a pas porté de voile et a voyagé sans escorte. Après avoir affronté la maladie, les insectes, les voleurs et les mauvaises routes, le couple arrive à Suse en janvier 1882. Épuisés et à court d’argent, ils n’ont pas pu faire face aux fortes pluies et sont donc revenus.

Jane a rédigé de nombreux carnets de notes et a photographié l’architecture et les monuments en cours de route. Elle a également pris des photos de personnes ordinaires. Selon les spécialistes, il est difficile de croire que son statut particulier de femme se faisant passer pour un homme lui permettait de se promener librement dans les harems pour photographier leurs habitants. En vérité, aucune image de ce type n’a été découverte.

Ses journaux intimes ont été publiés dans Le Tour du Monde, un magazine de voyage français, avec des photographies et des gribouillages. Son travail a connu un grand succès, la plaçant sur la liste A du circuit des conférences. Après s’être fait un nom dans l’écriture de voyages, Jane a ensuite créé de célèbres romans historiques. L’un d’entre eux, Parysatis (1890), sur la reine de la Perse antique, a été adapté en opéra par le compositeur français Camille Saint-Saens, Jane ayant fourni le livret. Ses images ont également servi d’illustrations pour l’ouvrage de Marcel intitulé Ancient Art of Persia, publié en cinq volumes entre 1884 et 1889. (L’empereur de Rome a été conquis par un Empire perse renaissant).

Suse est de retour !

Les recherches du couple leur valent le soutien de Louis de Ronchaud, directeur des musées nationaux français, et ils retournent à Suse en 1884 avec l’aide du Louvre et du gouvernement français.

Suse avait été reconnue comme la ville biblique de Shushan par l’archéologue britannique William Kennett Loftus plus de trois décennies auparavant, en 1851, ce qui en faisait l’une des plus anciennes villes du monde.

Elle a été habitée en permanence de la fin du cinquième millénaire avant J.-C. jusqu’au 13e siècle après J.-C., selon ses recherches.

Loftus a dessiné une carte des vestiges, sur laquelle figurait la tombe du prophète biblique Daniel. Il a également effectué de modestes fouilles en 1854-55, localisant l’apadana (salle d’audience) d’un palais construit par le monarque perse Darius Ier (r. 522-486 av. J.-C.) et rénové plus tard par Artaxerxes II, qui en fit le siège administratif de son empire (r. 404-359 av. J.-C.). Jane et Marcel ont fait les découvertes que Loftus avait manquées trente ans auparavant. Les fouilles commencent en février 1885 et s’achèvent en 1886, avec l’accord de Naser al-Din, Shah de Perse (qui hésite d’abord à accepter que Jane soit une femme) en échange d’une partie de ce qui est trouvé, notamment l’or et l’argent. (Babylone était le joyau de la couronne du monde antique).

L’accord comprenait l’engagement de ne pas déterrer le tombeau de Daniel, qui, selon les villageois, provoquerait la colère divine. Jane et Marcel, en revanche, avaient les yeux rivés sur le palais, et ils ont recruté 300 habitants pour le déterrer. Jane a suivi le projet et gardé la trace des objets remontés à la surface, dont la majorité datent du règne de Darius Ier, lorsque l’Empire perse atteignait son apogée, s’étendant du Nil et de la mer Égée à l’ouest jusqu’à l’actuel Pakistan.

La première découverte majeure à Suse fut une frise en briques vernissées qui ornait le palais et représentait une succession de lions rugissants. Jane a supervisé les fouilles dans la région, qui ont rapidement mis au jour les vestiges des colonnes de 70 pieds de haut du toit de l’apadana. Des restes de têtes de taureaux qui avaient couronné chacune d’entre elles se trouvaient à leurs côtés. Ils ont bientôt découvert la fameuse frise des archers. Jane est devenue obsédée par ces guerriers maniant arcs et flèches, peints en briques bleues et vertes éblouissantes. D’après la biographie de Mesch, les archers étaient ses fils, ou « fils » en français. Jane a décrit comment elle faisait revivre « le beau passé des grands rois de mes propres mains » en remettant minutieusement les pièces en place.

« J’ai une recette particulière pour trouver la place des fragments d’émail« , a-t-elle dit, détaillant comment elle disposait les pièces devant elle avant de se coucher, et qu’elles semblaient se mettre miraculeusement en place à son réveil le lendemain matin. Une fois les fouilles terminées, plus de 40 chameaux et 30 mules ont aidé à transporter les 45 tonnes de matériel jusqu’au navire qui devait les emmener en France.

Les années précédentes,

Jane et Marcel ont été fêtés par la société parisienne et traités comme des superstars à leur retour au pays. Jane a reçu la Légion d’honneur du gouvernement français en 1886, l’une des plus hautes distinctions du pays. Jane a choisi de garder ses cheveux courts et de porter des vêtements d’homme plutôt que de revenir aux robes de chambre, comme cela avait été le cas après la guerre franco-prussienne. Elle a demandé au gouvernement français l’autorisation de porter des pantalons et a obtenu l’autorisation officielle. (Pour plus d’informations, voir la robe la plus ancienne du monde).

Le couple passe les dernières années de sa vie à voyager en Espagne et en Afrique du Nord. Jane a découvert les vestiges d’une mosquée du XIIe siècle près de Hasan, au Maroc, en 1912. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, Jane plaide pour que les femmes soient autorisées à servir dans l’armée en tant qu’auxiliaires, permettant ainsi à davantage d’hommes de se battre.

Marcel s’est senti poussé à s’engager à l’âge de 70 ans, et Jane l’a accompagné au Maroc. Elle tomba malade et dut rentrer en France. Pendant cette période de difficultés personnelles et nationales, le couple dévoué est séparé l’un de l’autre. Jane meurt en mai 1916, à l’âge de 64 ans, sans Marcel. Ce dernier a vécu quatre ans de plus que sa compagne et est mort en 1920.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.